SAFARI INTIME

Avec ce spectacle hors norme, la compagnie investit pour deux soirs un quartier tout entier et met en scène 60 à 70 personnes à l’intérieur même des maisons prêtées par les habitants, qui deviennent le théâtre de scènes intimes. Ainsi, par les fenêtres ouvertes, le spectateur peut observer à son rythme l’ordinaire ou l’extraordinaire de nos vies privées. SAFARI INTIME est une  balade-spectacle de 3h pour 600 spectateurs qui se réécrit à chaque fois en fonction des lieux et des participants.


L’HISTOIRE


L’Observatoire des Comportements Humains vous propose de participer à un Safari, à la découverte de l’être humain dans son habitat naturel. Vous serez accueillis par une courte conférence d’un de nos spécialistes. Ensuite, en suivant un parcours balisé dans la réserve, vous pourrez observer à votre rythme par les ouvertures de leurs tanières, des spécimens humains dans leur vie quotidienne. La réserve recèle au moins 25 tanières dans lesquelles peuvent vivre jusqu’à 70 mâles et femelles : une jeune femelle qui vient de mettre bas allaite son petit, un vieux mâle solitaire qui rugit, les rivalités au sein de la meute, le comportement du mâle dominant à l’intérieur de son clan, une parade entre deux jeunes à la saison des amours…


Pour faire le parcours, comptez entre une et trois heures selon votre degré d’intérêt. La visite s’achèvera par un tour au petit musée des comportements humains


Attention ! La réalité étant parfois difficile à accepter, certaines scènes pourraient heurter la sensibilité de ceux qui n'ont jamais osé regarder par le trou de la serrure...


PREPARATION


Chaque SAFARI INTIME  implique plusieurs résidences de repérages, de rencontres avec les habitants et les comédiens volontaires locaux, de réécriture et de répétitions in situ. Au total, près de trois semaines de travail préparatoire réparti en quatre périodes sur le terrain (trois ou quatre jours à chaque fois) et un temps d’organisation au bureau.



La première résidence pour sillonner la ville afin de trouver le quartier, l’atmosphère, l’architecture, les rues utilisées, le parcours précis dans la ville (ou le village) dans lequel se déroulera notre safari.

Le parcours peut faire de 1 à 2 kms et doit emprunter des rues favorables à une certaine intimité, loin des grands axes  et offrir une densité de fenêtres donnant sur la rue.


La deuxième pour aller à la rencontre des habitants de ces rues et leur exposer individuellement  notre projet. Parallèlement nous faisons une première rencontre avec les comédiens volontaires locaux qui souhaitent participer.  


Nous ne faisons pas de « casting ». Nous demandons à la structure qui nous accueille de nous mettre en relation avec une trentaine de comédiens amateurs locaux ou non comédiens mais volontaires. Nous demandons à rencontrer des personnes de toutes les tranches d’âge, des enfants à partir de 8 ans jusqu’aux  grands-parents …


La troisième résidence est consacrée à l’écriture. Nous connaissons les maisons ou appartements qu’on nous prête et les singularités de tous les comédiens, professionnels, amateurs et même des quelques habitants qui participeront au Safari…


Certaines scènes « piliers » du spectacle peuvent être reconduites lors des différents Safaris, mais réécrites et rejouées par des comédiens différents à chaque fois. D’autres sont écrites et inspirées spécifiquement par certaines maisons ou par certains comédiens locaux ou histoires locales…


Une quatrième et dernière période est consacrée aux  répétitions, sur place dans les maisons pendant les trois jours qui précèdent  le  Safari. Le spectacle implique au final plus de 60 comédiens, professionnels et amateurs pour moitiés, sans compter les familles qui prêtent leurs intérieurs et qui parfois jouent eux-mêmes…


Pendant les répétitions, nous créons-mettons en scène des « moments intimes » d’une dizaine de minutes qui seront joués  « en boucle ».  Une ou deux heures d’improvisation dirigée sont nécessaires pour la création de chaque scène. A raison de 8 par jour,  pour un total d’environ 25…

 

« Artisans de la ville invisible, héritiers d’Italo Calvino, révélateurs de notre propre réalité revisitée par le sens de leur présence furtive, OPERA PAGAÏ vous laisse acteurs-actifs de vos paysages quotidiens en des détournements sensuels qui donnent l’envie de partager, de prolonger… l’ineffable moment où… ». Dominique Laffite – Festival « Les Chemins de l’Imaginaire » - Terrasson

chargement du diaporama
Image buffer 2
Diaporama SAFARI INTIME

Options

Activer le fondu
Temps entre chaque image (en secondes)