FAR OUEST

A l’heure où la planète est totalement cartographiée, où il n’y a plus de terres lointaines à découvrir, il nous reste encore à explorer les mondes inconnus que nous traversons tous les jours : « Ma ville est une terre d’aventures… ».

Depuis 2011, nous avons entamé un cycle de création d’un « spectacles-parcours » in situ, intitulé « FAR OUEST, une aventure de proximité ».

Avec cet inclassable, et dans la logique de notre travail d'exploration théâtrale des territoires, nous souhaitons mettre en place de nouveaux protocoles d'approche créative des zones périurbaines et « rurbaines ». Nous sommes attirés par les recoins des villes, les confins des agglomérations. Là où l'urbanisation a recouvert grossièrement  la campagne, là où coulent des rivières cachées derrière des hypermarchés, là où il reste encore une exploitation agricole au milieu des zones pavillonnaires, là où derrière les murs uniformes et les éclairages insipides palpite une multitude de parcours de vie étonnants.
Qu'ils soient merveilleux ou tragiques, ils sont toujours passionnants, vibrant d'humanité et révélateurs de notre époque... Pour saisir ces contrastes, pénétrer ces différents univers, il nous faut emmener le public avec nous, le désorienter sans le perdre, l'inclure dans notre histoire...  Nous souhaitons le rendre actif et mobile tout en le laissant spectateur d'un « docu-friction » grandeur nature...


Il s'agit de créer un spectacle à vivre à l'échelle de plusieurs communes. De créer des formes nocturnes entre 2 et 3 heures où les spectateurs, par groupes de 30 à 50, sont invités à vivre une aventure, une dérive à travers le territoire, à être les personnages centraux de surprenantes épopées théâtrales...

De centre-ville en no man's land, par les chemins vicinaux ou à travers les zones industrielles,  de riches propriétés en résidences fatiguées, notre histoire se met en scène dans des lieux symptomatiques de la réalité quotidienne de ces territoires.

Les spectateurs vont de rencontre en rencontre, de situations inattendues, de moments intimes en chevauchées ébouriffantes, par les grands axes maintes fois empruntés ou des contre-allées inconnues. Désorientés mais jamais perdus...Les spectateurs se déplacent à l'intérieur de l' « intrigue »  par différents moyens. Par les transports en commun ou à bicyclette, en tracteur ou en bateau, à pied, à cheval, en voiture, et pourquoi pas en montgolfière ou en hélicoptère,  chaque déplacement est mis en scène et fait partie intrinsèque de l'écriture dramaturgique. Ils sont aussi une manière d'éprouver physiquement le territoire, de l'aborder selon différents points de vue, à différentes vitesses. 


Nous savons que le traitement théâtral de ce spectacle est bien sûr très naturaliste et l'écriture directement trempée dans le réel.  Une situation d'urgence au départ, qui permet de sortir des rails, et des hasards bienvenus guident le public de rebondissement en rebondissement. Toutefois la nuit tombée, propice à la proximité, à l'écoute, mais aussi à la peur et à la naissance de tous les fantasmes, pourrait nous inciter à mêler à la plus pure vraisemblance créer des moments plus décalés, à inventer des mondes oniriques...

 

Dans notre esprit, chacune de ces « aventures » ne peut être qu'unique dans le sens où elle se nourrit totalement du contexte, s'appuie sur les réalités et les fantasmes propres des territoires où elle a lieu, se met en scène in situ, directement sur les lieux de vie, de travail, de loisirs, des  habitants.


Bien sûr cette création, a nécessité plusieurs périodes préalables de repérages, d'écriture et de répétitions. Elle aura mobilisé une équipe de près de quarante personnes pour 150 à 200 spectateurs par soirée de
représentation.


Le travail s' est effectué en deux temps.

D'abord sur la question du parcours physique, il nous faut rebattre les cartes du territoire en terme de circulation, de flux. Et, pour envisager nos grandes traversées, nous devons mettre à l'étude les moyens de locomotion potentiels, leur coût, leur viabilité logistique, leur possibilité en terme de perception du paysage, leurs règles de sécurité, la richesse de leur univers, culturel et humain…

Puis sur la question du parcours sensible d'abord à l'écoute des habitants, à l'affût de la rencontre pour petit à petit digérer cette matière, tirer les fils de notre écriture... Combiner locomotion et émotion, dénicher dans l'anodin, le singulier et l'universel...


Deux expériences passées et réussies nous auront guidé dans cette démarche. D'abord fin 2008, lorsque nous avions donné un stage de 3 semaines à de jeunes metteurs en scène en formation avec la FAI AR (Formation aux arts de la rue) à Capdenac-Gare en Aveyron en s'appuyant sur  la structure « Derrière Le Hublot ». Avec ces 12 apprentis nous avions travaillé sur le concept de « road-movies théâtraux », aventure automobile dans la ville entière... Et en 2010 avec « Des rives, la nuit » sur une invitation de Pronomades en Haute-Garonne,  nous avions inventé une nuit pour faire dériver les spectateurs dans une mise en scène à l'échelle d'une vallée entière, de bourgs en villages, de ferme en hameaux...

 

Extrait de la présentation du spectacle pour le programme de communication

C'est une invitation à plonger dans notre décor quotidien, à découvrir les mondes inconnus que nous traversons tous les jours, à vivre une "aventure de proximité".

Depuis plus d'une année, nous préparons ce rendez-vous sur l'invitation du Carré/Les Colonnes. Nous avons passé des journées à écumer le territoire entre Saint Médard et Blanquefort, aux "confins de l'agglomération bordelaise", dans"l'ouest lointain"... A dériver de zones industrielles en lotissements, de chemins en rocades, parce que pour trouver, il faut se perdre.
Nous avons écouté chaque habitant croisé, et lu chaque paysage traversé pour y tirer le fil de notre histoire....

Il nous restait à donner un petit coup de pouce pour basculer dans la fiction, pour inventer une mini- épopée à "hauteur d'homme" où se télescoperaient les réalités de ce coin de Gironde et les enjeux de notre monde au XXIème siècle. Une tentative pour dénicher le macro dans le micro, le magot dans le nigaud, la lune dans le caniveau....

Comme chaque
aventure doit ménager son lot de surprises, nous ne souhaitons pas trop en dire.

FAR OUEST, un western péri-urbain, sans ranch, sans diligence et sans indiens. Quoi que…

Toute ressemblance avec des personnages et des situations existants ou ayant existé pourrait ne pas être totalement fortuite...

 

Attention, Sivous n'aimez pas l'inconfort, et que vous détestez l'imprévu, si vous ne savez pas faire de vélo et si vous avez peur la nuit, alors FAR OUEST n'est sans doute pas pour vous. Pour les autres, munissez-vous de bonnes chaussures, d'une lampe de poche et d'un imperméable si le temps menace. Sachez que vous ne
pourrez pas quitter l'expédition en cours. Ou alors ce sera à vos risques et périls....

chargement du diaporama
Image buffer 2
Diaporama FAR OUEST

Options

Activer le fondu
Temps entre chaque image (en secondes)